Espagne – France : Alvaro Morata crée la polémique

À une journée de la demi-finale de l’Euro opposant l’Espagne à la France, Álvaro Morata provoque la polémique. L’attaquant et capitaine de la Roja s’est confié sur son rapport compliqué avec son pays et a annoncé son départ probable en raison du manque de respect dont il est victime.

Alvaro Morata : « En Espagne, il n’y a de respect pour rien ni personne »

Faut-il être aimé par tout un pays pour être décisif avec sa sélection ? Faire l’unanimité chez les supporters pour s’imposer aux yeux de son sélectionneur ? Olivier Giroud se charge depuis longtemps maintenant de répondre à ces questions avec les Bleus. De l’autre côté des Pyrénées, l’histoire est différente, mais le cas d’Álvaro Morata possède quelques similitudes.

Et alors que Giroud a écrit sa légende avec l’équipe de France, l’avant-centre ibérique, fait encore polémique. Le meilleur buteur de l’Espagne à l’Euro 2016 (3 réalisations en 4 matches) et à l’Euro 2020 (3 buts en 6 matches), au cours d’une entrevue accordée au média espagnol El Mundo, a levé le voile sur son avenir proche, dont celui avec la sélection espagnole. La Roja pourrait perdre son attaquant de pointe à l’issue de la compétition

« Dans le football, rien n’est sûr. On devra voir comment on termine, toutes ces choses, et après, on verra. […]  C’est mon opinion au fond de moi, mais comme je le dis souvent, il y a des moments durant lesquels pour moi l’Espagne, c’est compliqué. J’en ai marre du discours de victimisation, comme quoi, je me plains… Je veux juste que ça se termine de la meilleure manière possible, et profiter, parce que ça pourrait être mon dernier tournoi avec la sélection. » Au cours du même entretien, l’attaquant de l’Atlético Madrid en rajoute une couche sur le traitement qu’il subit dans son pays : « Je suis plus heureux à l’étranger, parce que les gens me respectent. En Espagne, il n’y a de respect pour rien ni personne. »

Morata déstabilise la Roja

...

Avec un début d’Euro impeccable et des matchs spectaculaires, la Roja est sur son petit nuage. L’Espagne apparaît comme la seule nation à avoir bien joué tout au long du tournoi. Avec ses ailiers percutants et son milieu très performant, les ibériques pouvaient afficher des certitudes à la veille du choc face aux bleus en demi-finale de l’Euro.

Cependant, la sélection espagnole doit maintenant composer cette polémique. Les propos de l’attaquant n’ont donc pas manqué de faire réagir. Les observateurs se sont étonnés de telles déclarations alors que la sélection espagnole doit disputer un duel importantissime face aux Bleus.

Dans un élan de paranoïa, Morata a également laissé entendre que certains s’étaient réjouis de sa potentielle absence en demi-finales après avoir reçu un carton jaune par l’UEFA par erreur lors du dernier match face à l’Allemagne (2-1). « Comme pour la question du carton jaune ou non, certains disaient déjà  »j’espère qu’ils vont lui donner », ou  »on joue mieux sans lui »… ».

Beaucoup médias espagnols se sont insurgés du fait que le capitaine de la sélection fasse ce genre de déclarations deux jours avant cette rencontre et crée ainsi un malaise autour de la Roja. Pour l’émission Partizado de Cope, « Álvaro Morata est une fois de plus à l’épicentre de la polémique autour de l’équipe nationale dans cet Euro ».

Un début de polémique dont Luis De la Fuente, le sélectionneur espagnol, se serait bien passé. Le joueur de 31 ans pourrait également tourner le dos à l’Atletico Madrid, où il est en fin de contrat, estimant être plus aimé à l’étranger qu’en Espagne.

Un mauvais timing

Auteur de 36 buts en 78 sélections, le capitaine de la Roja avait déjà étalé ses difficultés à vivre dans son pays au cours d’un entretien accordé à la Cadena SER, il y a un mois. « Pour moi, le plus simple n’est pas de jouer en Espagne, pour ma vie, pour ce que je dois vivre quand je sors dans la rue dans notre pays. Pour moi, le plus simple est d’aller jouer à l’étranger », avait-il déclaré le 13 juin dernier.

« Souvent, mes enfants, qui ont cinq ans, ne comprennent pas pourquoi il y a des gens qui sont si en colère contre leur père. La chose facile l’été dernier aurait été de quitter l’Atlético. J’avais de meilleures offres financièrement, de grandes équipes, mais j’ai l’illusion de gagner avec l’Atlético, quand je vois la façon dont les gens réagissent à nos matchs et à nos victoires, cette partie pèse beaucoup », avait ajouté Morata.

Aujourd’hui, l’ambiance n’est pas des plus sereines dans la sélection espagnole avant de jouer l’une des rencontres les plus importants de son histoire récente. Le public se divise désormais pour défendre ou au contraire descendre le capitaine de l’Espagne.