Mercato RC Lens, transfert RCL, Infos foot Racing Club en live

RC Lens : Actu foot Sang et Or au quotidien. Trouvez les détails de chaque transfert du Racing Club Lensois et toutes les informations mercato du RCL. Avec le retour du club nordiste en Ligue 1 Conforama après 5 ans d'absence, les Lensois reviennent renforcés par leurs difficultés du passé. L'équipe a réalisé un mercato assez consistant l'été de sa montée, ce qui lui a permis de se maintenir avec beaucoup de facilité. Les dirigeants du RCL ont ciblé des joueurs expérimentés mêlés aux jeunes issus du centre de formation lensois. 

  • - Stade Bollaert-Delelis -
  • Capacité : 41 233 places
  • Ouvert depuis : 1933
  • Adresse : 83, rue Maurice-Carton

Toute l'actualité Foot de Racing Club de Lens

Dynamisme du mercato RC Lens pour pérenniser le club en Ligue 1

Comment bâtir une équipe afin d’assurer son maintien le plus vite possible et refaire du club une valeur sûre de la Ligue 1 ? Cette question, les dirigeants chargés du mercato RC Lens de l'été 2020 ont sû lui apporter une réponse avec une certaine éfficacité. L’idée était d’associer la fougue de la jeunesse à la sagesse des joueurs d'expérience. Les Sang et Or pour ce faire pu compter sur la présence de Jean-Louis Leca dans leur groupe pour canaliser les jeunes. Yannick Cahuzac a fortement apporté dans le même ordre d'idée. Franck Haise, nouvel entraîneur principal du RCL, a réussi à succéder à Philippe Montanier, grand artisan du retour au premier plan du RCL. En ce qui concerne les joueurs, le club du Nord de la France a décidé de conserver ceux qui lui avaient été prêtés pour minimiser les coût, comme avec Corentin Jean. Mais le RCL prospecte aussi à l’étranger pour trouver la perle rare. Ont peut alors citer Jonathan Clauss, champion de deuxième division allemande avec l’Arminia Bielefeld.

La genèse du club Lensois

Le Racing Club de Lens plus communément appelé RC Lens, est un club de football français basé à Lens, dans le Pas-de-Calais. Le club a été créé en 1906 sous le nom de Racing Club lensois. Pour la particularité, le premier conseil d'administration du club, uniquement composé de parents d’élèves, se tient en 1906, sous le nom de Racing Club Lensois. Toujours en 1906, quelques mois après une grave catastrophe minière, le club est officiellement enregistré sous le nom que nous connaissons tous : Racing Club de Lens. Ce nom rend hommage au Racing Club de Roubaix et au Racing Club de France, tous deux très populaires à l'époque dans la région.

À l’origine, Lens joue d'abord en vert et noir, le vert en référence à la Place Verte et le noir pour représenter l'omniprésence des mines de charbon dans les environs. En 1918, la guerre fait rage en France, le club est en partie détruit à la suite de la Première Guerre mondiale. Pendant des années le club subit et essaie de résister avec des fonds relativement minces. Cette période difficile se termine à l’arrivée de l’illustre et légendaire Félix Bollaert. Les ressources financières du club basculent lorsque ce dernier, propriétaire de la Compagnie des mines de Lens, décide de construire un nouveau stade digne de ce nom.

Malgré quelques accrocs dus à la découverte de vestiges de la Première Guerre Mondiale, le stade est construit en quatre ans et inauguré en 1933, avec une capacité initiale de 51 000 places, soit plusieurs milliers de plus que la ville de Lens elle-même. Le stade prend le nom de Bollaert après sa mort en 1936. Après trois saisons professionnelles, le RC Lens arrive en première division en 1937, mais la Seconde Guerre mondiale frappe de nouveau de plein fouet le club et la ville est placée en zone interdite. La France est découpée en trois zones. La zone Nord, la zone Sud et la zone interdite, la zone interdite est la plus faible, footballistiquement parlant, ce qui freine la progression du RCL.

Les couleurs et maillots du club

Les tenues aux couleurs rouges et jaunes sont rentrées dans les codes du club, néanmoins, à l’origine, le club du Nord pas de Calais jouaient en noir et vert. À la date de création du club, les couleurs sont le noir (couleur du charbon) et le vert (couleur de la pelouse). À l’occasion du match face au PSG, le 4 décembre 2021, le RC Lens a rendu hommage à ses couleurs traditionnelles en portant un maillot Noir et Or. En 1923, apparaissent les couleurs Jaune et rouge plus communément appelé « Sang et Or », après la nomination de Pierre Moglia à la présidence. La légende narrée par les supporters dit que Moglia aurait choisi ces couleurs en référence au drapeau de l'Espagne. Il serait passé devant les ruines de l'église Saint-Léger, l'un des derniers vestiges de la domination espagnole, et aurait eu cette idée. C'est précisément en 1924 que les couleurs Sang et Or font leur apparition. D’autre part, certaines personnes pensent que les couleurs Sang et Or font tout simplement référence aux mines de charbon, très présentes dans l’histoire de la région et de la ville de Lens. Le rouge représente le sang des mineurs et l’or le charbon qui était vu comme de l’or à l’époque. Les logos du club changent à travers les décennies, mais les couleurs du club, quant à elles, reste ancrées à jamais. En 1955, le logo du club du RC Lens apparaît pour la première fois sur le maillot.

Après la guerre, Lens ne perd pas le Nord

Au début des années 60, le club subit un véritable coup de massue. En 1962, les mines de la ville de Lens ferment et l'avenir du club est totalement remis en question. Durant cette période, la majeure partie des joueurs du RC Lens étaient des mineurs. S’en suit une période très difficile pour le club, Lens doit lutter pour sa survie entre 1956 et 1968. Lens connaît une petite éclaircie dans cette période tumulte avec la troisième place en 1964. Ahmed Oudjani finit meilleur buteur avec 30 buts cette saison. L’opération survie se termine en 1968, lorsque la Compagnie des Mines fait face à la crise, et arrêtent de soutenir financièrement le club : c'est la fin du football professionnel à Bollaert. Lens redevient de nouveau un club amateur, un an après la relégation de 1968.

Le club doit son salut à un homme passionné : André Delelis. À la fin des années 1960, le maire de Lens, André Delelis, passionné de football et du RC Lens refuse de voir le club mourir. Avec l'aide de bénévoles et du futur président, Jean Bondoux, il fait en sorte d’assurer la survie du club. La ville de Lens achète le stade Bollaert pour un franc symbolique. En 1973, encore et toujours André Delelis mobilise la ville pour voir le club retrouver sa gloire et son niveau d’antan. Grâce au maire, André Delelis, au directeur sportif, André Tranin, et au coach Arnold Sowinski, le club revient en première division en 1973. Quatre ans après le retour en amateur, les résultats de Lens sont plus que corrects, ces résultats permettent aux Nordistes de se qualifier pour une Coupe d’Europe. En 1975, le RC Lens participe à sa deuxième finale de Coupe de France. Les Sang et Or font face au mastodonte français de l’époque : l'AS Saint-Étienne. Les Lensois sont défaits par deux buts à zéro, deux réalisations signées Oswaldo Piazza, puis Jean-Michel Larqué. Cette année-là, le grand Saint-Étienne réalise le fameux doublé coupe-championnat. Les Lensois sont quant à eux qualifiés pour disputer la Coupe des Coupes, leur première compétition européenne. Parmi les plus mémorables matchs disputés en coupe d’Europe, il y a ce match remporté 6-0 à Bollaert contre la Lazio après une défaite 2-0 au match aller, en 1977/1978.

Les années 1980

Les années 80 sont des années de stabilité pour le RCL, le club se structure et se maintient dans l’élite. L’un des grands artisans de cette stabilité, Gérard Houllier, part en 1985 après trois ans de bons et loyaux services. Il quitte le club en 1985 pour rejoindre le Paris Saint-Germain où il gagnera le premier des neufs titres de champion de France du PSG en 1986. Houllier est remplacé par Joachim Marx qui fait une première saison honorable avec Lens, il hissera ses hommes à la cinquième place du championnat. Les saisons suivantes, les vieux démons du RC Lens ressurgissent, le club connaît à nouveau des soucis financiers. Le club peine à exister en championnat et se retrouve dans les dernières places du classement, contraint de vendre ses meilleurs éléments année après année. Au début de la saison 1988-1989, le RC Lens se retrouve à la dernière place du championnat, ce qui entraîne la démission du président Jean Honvault le 21 août 1988. Trois jours plus tard, un homme très important dans l’histoire du RC Lens arrive au club, Gervais Martel est nommé président du club.

Début des années Martel

Les mauvais résultats du club et la crise en interne poussent Jean Honvault, président en place, à démissionner le 21 août 1988 alors que le club est dernier de Division 1. Le club est alors confié à un jeune chef d’entreprise de la région de 33 ans, Gervais Martel. Nommé à la présidence du club le 24 août 1988, il arrive dans un club en totale manque de confiance qui vient d’être relégué, le manque d’unité est fort dans le club. Lens passe deux années en deuxième division avant de revenir en première division grâce aux rétrogradations administratives de Nice et Bordeaux.

La stratégie de Martel est basée sur la formation. Lens fait jouer les jeunes du centre de formation, des joueurs comme Éric Sikora, Jean-Guy Wallemme ou Cyril Magnier émergent. D’autres parts, le club cherche de l’expérience et fait signer Bernard Lama et Roger Boli. Lens fait donc son retour en première division en 1991. L'équipe se qualifie pour la Coupe UEFA à deux reprises, en 1993 et 1994. Le club se structure et tente de ne pas refaire les erreurs du passé. En 1994, Lens parvient jusqu’en demi-finale de Coupe de France. En championnat, les Sang et Or sont performants et finissent à deux reprises à la cinquième place en 1995 et 1996. Des résultats qui leur permettent de continuer à disputer la Coupe de l’UEFA. En 1997, Roger Lemerre fait de Daniel Leclercq, l’ancien joueur du RCL, son adjoint. Lens sauve in extremis sa place en Division 1. Le club remporte aussi quelques coupes nationales avant le passage au XXIe siècle. Dont la coupe de la Ligue à deux reprises en 1994 et 1999.

1998, en lettre de Sang et Or

La saison 1997/1998 est la saison la plus importante de l’histoire du club. L’année 1998 est une année historique pour tous les fans du RC Lens. Cette année, le club du Nord-Pas-de-Calais a fini champion de France de Ligue 1. Au début de la saison, le RCL est entraîné par Daniel Leclercq. Les Lensois font une saison historique, Lens va jusqu’en finale de la coupe de la Ligue et en demi-finale de la coupe de France. Malheureusement, les Lensois sont éliminés à deux reprises par le Paris Saint-Germain.

Tout commence à Bollaert-Delelis, le 8 août 1997, le RC Lens commence sur les chapeaux de roues avec une victoire 3 buts à 0 face à l’AJ Auxerre, idéal pour débuter la saison. Le premier coup d’éclat des Lensois arrive lors de la 5e journée, le RCL s’impose face à l’Olympique de Marseille 3-2 au Vélodrome. Cette saison est aussi l’occasion de matchs spectaculaires, comme cette victoire 5-4 face à l’AS Cannes. Les Lensois terminent la première partie de saison à la 6e place à 6 points du leader le FC Metz. Un retard que les Nordistes vont réussir à combler en seconde partie de saison. De la 27e journée à la 34e et dernière journée le RC Lens fait un parcours de champion avec un total de 5 victoires et 1 match nul en 6 matches. Une série durant laquelle les Lensois remportent des victoires importantes face à leur concurrent direct, le PSG et le FC Metz. Un sans-faute qui permet au Racing Club de Lens de devenir champion de France pour la première et unique fois de leur histoire le 9 mai 1998. Avant le dernier match, le RCL a besoin d’un point symbolique en allant à Auxerre.

Les lensois repartent de l’Abbé-Deschamps avec le point du titre. Les Warmuz, Vairelles, Wallemme, Šmicer, Ziani, Sikora, Lachor ou encore le regretté Foé deviennent ce 9 mai 1998 des légendes Sang et Or à jamais. Les joueurs, le staff et l’encadrement technique rejoignent le stade Bollaert-Delelis, où les attendent une foule incroyable de supporters en folie. La fête se poursuit le lendemain pour le RC Lens, l’équipe championne de France parade dans la ville de Lens jusqu’à la mairie de Lens. Le mythique maire de Lens André Delelis déclarera ce jour-là : « Je n'ai jamais vu autant de monde dans Lens depuis la Libération ». Pour clôturer cette exceptionnelle saison, les Lensois s’envolent pour un stage aux Antilles.

Dix ans après la nomination de Gervais Martel à la tête du club, le président hisse son club au sommet du football français. L’après 98 est plus que correct pour les Nordistes, ils finissent régulièrement aux premières places ce qui leur permet de participer à la coupe d’Europe. Malgré une victoire historique sur Arsenal à Wembley (1-0) grâce à un but de Mickaël Debève, le 25 novembre 1998, Lens est éliminé en phase de poules de la Champions League. Les Lensois remportent la Coupe de la Ligue en 1999, grâce à un superbe but de Daniel Moreira. Les victoires sur le grand Milan AC de Maldini et sur le Deportivo La Corogne sont gravées au fer dans les mémoires des supporters. Cette période faste atteint son paroxysme lors de la saison 2001-2002.

Le traumatisme de 2002

En 2002, le nouveau Centre Technique et Sportif du RC Lens, la Gaillette, est inauguré. Situé à Avion, à quelques minutes du Stade Bollaert-Delelis, la Gaillette est à la fois un centre d'entraînement et un centre de formation de haut niveau, pouvant accueillir jusqu'à 120 joueurs. Le cadre et les aménagements de la Gaillette en font un endroit idéal pour la formation des footballeurs.

Le RCL sort d’une saison 2000-2001 compliqué où les Lensois ont glané leur maintien dans les dernières journées. En début de saison 2001-2002, le président Gervais Martel décide de remanier l’effectif et confie les rênes à Joël Muller. Les Lensois ont un début de championnat démentiel, pour les six premiers matches, les Sang et Or affrontent successivement le favori au titre Lyon, le FC Nantes champion en titre, Marseille, Metz, Lille pour le derby du nord et le Paris Saint-Germain l’un des favoris au titre. Au bout de ces six matches, Lens est deuxième de Ligue 1. Après la victoire face à Montpellier pour le compte de la 11e journée de Ligue 1, le RC Lens est seul leader du championnat. À la mi-saison, le RCL est premier avec deux points d’avance sur l’Olympique Lyonnais. La saison suit son cours et les Lensois commencent à rêver d’un second titre après celui de 1998.

Au soir de la 24e journée les Sang et Or, Lens gagne 1-0 face à l’AS Monaco. Les Lensois comptent 8 points d’avance sur leur dauphin l’OL. Cependant, l’avance lensoise s’effrite face à la remontée lyonnaise. Le match retour entre les deux clubs approchent. Lens s’incline face à Bastia et n’a plus qu’un point d’avance sur Lyon à deux matches de la fin du championnat. La semaine suivante, Lens et Lyon remportent tous les deux leur match et les positions restent figées. Le duel final aura bien lieu. Dernière journée du championnat Lyon accueille Lens à Gerland. Un seul point sépare les deux équipes. Le RC Lens doit ramener un point de Gerland pour être sacrés champion, une histoire similaire à Auxerre en 1998… La soirée est cauchemardesque pour les Nordistes qui s’inclinent 3-1 à Gerland. Lyon est sacré pour la première fois, le premier des 7 titres consécutifs de l’Olympique Lyonnais. À la différence du sprint final parfait des Lensois en 98, en 2002 les Lensois ont craqué dans le sprint final en 2002 avec 5 points pris sur 18 possibles. 2001-2002 est donc une saison blanche pour le RC Lens.

Déboires administratifs et financiers, le club est au bord du gouffre

Le drame de 2002 a laissé des traces. Les Sang et Or n’ont jamais réussi à retrouver les sommets après cet épisode. Lors de la saison 2007-2008, Guy Roux est nommé entraîneur du RCL. Après cinq journées de championnat, il quitte son poste pour être remplacé par Papin, car Guy Roux est trop âgé selon le code du travail pour exercer, avec le soutien de Daniel Leclercq en directeur technique. Le club atteint la finale de la coupe de la Ligue, mais perd contre le Paris Saint-Germain 2 à 1. Cette saison est cauchemardesque, Lens finit relégable, la dernière journée envoie Lens en Ligue 2 après un résultat nul face aux Girondins de Bordeaux.

Jean-Guy Wallemme, ancien joueur du RCL, est nommé entraîneur. Le club termine champion de Ligue 2 lors de la saison 2008-2009. De retour dans l’élite, Lens finit un an après à la onzième place du classement de Ligue 1. Un an après cette 11e place, Lens est relégué à l’issue de la saison 2010-2011. De nouveau en Ligue 2, le club du Nord-Pas-de-Calais renoue avec ses démons d’antan, les difficultés financières. Gervais Martel décide de vendre des parts au Crédit Agricole.

En 2013, Gervais Martel convainc le Crédit Agricole de revendre le club à un investisseur azerbaïdjanais, Hafiz Mammadov. Ce nouvel investisseur éponge les dettes du club. Antoine Kombouaré rejoint le banc du RC Lens et réussit à faire grimper le club en Ligue 1 à l’issue de la saison 2013-2014. Au début de la saison 2014-2015, Hafiz Mammadov ne donnent plus de signe de vie, les fonds promis n’arrivent pas. La DNCG, gendarme financier du football français, invalide la montée de Lens. Le club est interdit de recrutement, les Lensois disputent les matchs à domicile à Amiens au stade la Licorne, car le Stade Bollaert-Delelis est en rénovation pour l’Euro 2016. Le RC Lens ne peut pas éviter la relégation et les Sang et Or font leur retour en Ligue 2.

Le renouveau du RCL avec un retour au premier plan

Le tribunal de commerce de Paris cède le club au projet luxembourgeois de Solférino à 65,4% et à l’Atlético Madrid à 34,6 %. Le club s’en sort une nouvelle fois financièrement après l’ère Mammadov. Le 16 juin 2018, Gervais Martel quitte définitivement toute fonction au club et cède la place de président à Joseph Oughoulian. En 2019-2020, Lens a pour objectif de revenir en Ligue 1, les Nordistes se dotent du plus gros budget de Ligue 2. Le club finit l’année 2019 en tant que champion d’automne de Ligue 2. La seconde partie de saison est plus complexe pour Lens, Philippe Montanier est démis de ses fonctions et remplacé par Franck Haise. Coup de pouce, la saison s’arrête quelques semaines après l’arrivée du nouvel entraineur pour cause de pandémie de Covid-19, qui signe l'arrêt des championnats de football professionnels français. Le 30 avril 2020, la LFP en concertation avec le gouvernement décide de mettre un terme à la saison 2019-2020 pour les championnats professionnels. Lens est deuxième du classement de Ligue 2, cette place leur permet d’être promu en Ligue 1.

Le présent est vertueux pour le RCL, les lensois terminent 7e pour leur remontée en Ligue 1. Les hommes de Franck Haise sont actuellement 6es en Ligue 1 à la lutte pour une place européenne en fin de saison. L’avenir s’annonce radieux pour les Sang et Or représentés par des joueurs de qualité tels que Seko Fofana (plus gros transfert de l’histoire du club, pour 10 millions d’euros), Jean-Louis Leca, Jonathan Clauss, Medina ou encore Sotoca. Des finances saines, des supporters ravis, un coach et une équipe de qualité, nul doute que le RC Lens est de retour au premier dans le paysage du football français.