FC NANTES, MERCATO NANTES, TRANSFERT FOOT FCN

Mercato FC Nantes : Les news mercato de Nantes et les infos transferts de dernières minutes sur Foot sur 7. Vous adorez le FCN, venez sur foot-sur7.fr. En plus des informations Ligue 1 et en coupe, le Classement, les fiches du Club et des joueurs nantais sont sur votre site d'actualité foot.

  • - Stade de la Beaujoire - Louis Fonteneau -
  • Capacité : 38 285 places
  • Ouvert depuis : 1984
  • Adresse : 5, boulevard de la Beaujoire

Toute l'actualité Foot de FC Nantes

Huit fois champion de France et trois fois vainqueur de la coupe de France, le FC Nantes est un club professionnel du Top 5 français en termes de palmarès. Il a été créé en avril 1943 de la fusion de cinq clubs de Nantes, dont la Mellinet Football. Le club est devenu professionnel en 1945 alors qu’il avait pour président Marcel Saupin. Le passé glorieux du club de Nantes est surtout marqué par son beau football qualifié de « Jeu à la Nantaise ». Depuis août 2007, le Football Club de Nantes est présidé par Waldemar Kita, un homme d’affaires Franco-Polonais.

Naissance du FC Nantes

Vingt ans après sa création, le FC Nantes a accédé en première division à l’issue de la saison 1962-1963, en terminant à la 2e place de la deuxième division où l’équipe évoluait depuis 1943. Devenu l'un des clubs phares de l’élite française, le FC Nantes va rester en Division 1 pendant 44 saisons consécutives entre 1963 et 2007. C’est d’ailleurs pendant cette longévité dans l’élite que le club de Nantes a gagné ses 8 titres de champion de France, dont deux à suivre (1965, 1966, 1973, 1977, 1980, 1983, 1995, 2001). Au-delà de ses titres, le Football Club de Nantes avait surtout séduit par son football chatoyant et collectif, sous les ordres de l’entraineur José Arribas (1960-1976), puis de ses successeurs : Jean-Claude Suaudeau et Raynald Denoueix (1997-2001). Jean-Claude Suaudeau a dirigé Nantes à deux reprises, entre 1982 et 1988, puis de 1991 à 1997.

Le "Jeu à la Nantaise" du Football Club de Nantes

C’est sous l’impulsion de José Arribas que le FC Nantes a développé et démontré son jeu offensif et collectif surnommé « Jeu à la Nantaise ». Un jeu séduisant qui était décrit par l'entraîneur du FCN comme un « état d'esprit » ou encore une « conception » plutôt qu'un système ou une organisation. Ce jeu avait séduit les spectateurs, les médias et même les adversaires du club de la Loire Atlantique. « Jamais nous n'avions vu ici une formation pratiquer un football d'une telle qualité cette saison », avaient déclaré, admiratifs, des observateurs valenciennois après un match du FC Nantes dans le Nord au début de la saison 1964-1965. Le jeu particulier de l’équipe de Nantes est le jeu nantais tel qu'il a été défini par Arribas, puis par Jean-Claude Suaudeau et Raynald Denoueix, qui se placent dans sa filiation, en mettant en avant le mouvement, la disponibilité des joueurs pour proposer des solutions au porteur du ballon, ce qui passe notamment par l'anticipation, l'usage des espaces et la multiplication des courses et des appels, ou encore les changements de rythme. Le jeu en passes courtes est généralement privilégié pour réduire l'engagement physique (défavorable au mouvement) et accélérer la remontée du ballon.

D'autres aspects correspondent plus spécifiquement aux qualités propres des équipes de l'histoire du club : attaque autour d'un pivot (Ángel Marcos) en 1973, accélération de la transmission grâce aux passes sans contrôle (jeu à une touche de balle) à partir de 1983, jeu direct réduisant le nombre de passes et appuyant sur les qualités plus physiques que techniques des joueurs en 1995, ou encore, à l'inverse, multiplication des passes courtes et rapides pour remonter le ballon ligne après ligne sur le mode du toque sud-américain. Des joueurs comme Patrice Loko, Christian Karembeu, Claude Makélélé, Nicolas Ouédec, Japhet N'Doram, Reynald Pedros, Stéphane Ziani, suivis de la génération des Olivier Monterrubio ou ou encore Éric Carrière ont été des animateurs de beau football pratiqué à l’époque par les équipes du FCN. Toutefois, depuis le dernier titre de champion du Football Club de Nantes (saison 2000-2001), le style de jeu particulier dit « à la nantaise » semble avoir disparu. Mais pas les records établis par le club pendant la période de domination des Canaris en Division 1.

Deux records historiques pour le FCN

Deux ans après son admission en première division, l’équipe du FC Nantes a réussi un coup d’éclat en remportant son premier titre du championnat de France de Ligue 1, à l’issue de la saison 1964-1965. Les Canaris (43 points) avaient terminé champions, de justesse, devant l’équipe de Bordeaux (41 points) et Valenciennes, grâce à son meilleur buteur Jacky Simon et des joueurs emblématiques : Robert Budzynski et Bernard Blanchet. La saison suivante (1965-1966), l’équipe de José Arribas domine le championnat de France de Division 1 et conserve son titre de champion grâce à son buteur d’exception : Philippe Gondet (36 buts). Cette année-là, le Football Club de Nantes avait encore terminé devant les Girondins et le VAFC, mais cette fois largement. Le club de Nantes avait fini la saison avec 7 points d’avance sur les Bordelais et 8 points sur les Valenciennois. Lors de son 7e titre en 1995, le Football Club de Nantes avait réalisé un record historique national de 32 matchs consécutifs d'invincibilité en première division. Un record qui n’est toujours pas égalé dans le championnat de France. À ce jour, le club basé à la Jonelière, sur les bords de l’Erdre, détient toujours le record national d'invincibilité à domicile avec 92 matchs d’affilée au stade Marcel Saupin, du 15 mai 1976 au 7 avril 1981. Notons que le FC Nantes totalise une centaine de matchs en Coupe d’Europe (C1, C2 et C3 confondues).

L'arrivée de Waldemar Kita

Depuis la date de sa création en 1943, le FC Nantes avait connu 12 présidents jusqu’en 2007 et l’arrivée de Waldemar Kita. Ce dernier a racheté le club de Nantes des mains de Serge Dassault. Il avait tenté une première fois, en 1998, d’acheter le club aux couleurs Jaune et Vert, mais le conseil d'administration de l'époque avait jugé son projet peu crédible. Finalement, c’est en août 2007 que Waldemar Kita est devenu le propriétaire du club logé à la Beaujoire. Son fils Franck Kita est l’actuel directeur général du club de Nantes. Ayant pris le club en Ligue 2, le président Waldemar Kita avait réussi à hisser son équipe en Ligue 1 dès sa première année aux commandes. L’équipe des Canaris étaient ainsi remontés en première division à l’issue de la saison 2007-2008, mais pour une courte durée. La saison suivante (2008-2009), l’équipe alors entraînée par Élie Baup est redescendue en Ligue 2. Le dirigeant sportif natif de Szczecin (en Pologne) n’avait pas échappé aux critiques, notamment sur sa gestion. Après 4 saisons consécutives en deuxième division, le club de Nantes a retrouvé la Ligue 1 en 2013, avec Michel Der Zakarian comme entraîneur. Si l’équipe de Nantes est dans l’élite pour la 9e saison consécutive depuis l’arrivée de Waldemar Kita, la gestion de ce dernier est contestée par les supporters ultras du club. Ils demandent le départ du dirigeant sportif de 69 ans, dont le projet est qualifié de « Kita Circus ». L’équipe de ce dernier est aussi surnommée « FC Kita » par les supporters. Ancien gardien de but du FC Nantes (1993-2006), Mickaël Landreau est à la tête du "Collectif Nantais" pour le rachat du Football Club de Nantes, des mains du président Kita, mais ce dernier ne veut pas céder le club à l’ancien gardien de but et ses partenaires locaux.

Notons que le président Waldemar Kita avait initié la construction d’un stade appartenant au FCN en 2018, mais il a été lâché dans le projet dénommé "YelloPark" par la Métropole de Nantes en février 2019. Le projet actuel du patron du FC Nantes, après avoir abandonné celui du stade, est la délocalisation du centre d’entraînement du club, de la Jonelière à Vair-sur-Loire (pays d’Ancenis). Projet contre lequel les supporters du club de Nantes sont opposés. Pour rappel, le meilleur classement des Canaris en Ligue 1, sous l’ère du président Kita, est la 7e place occupée à l’issue de la saison 2016-2017. Par ailleurs, la présidence de l’homme d’affaires franco-polonais est marquée négativement par une instabilité à la tête de l’encadrement technique. Pour l’heure, l’équipe du FC Nantes est toujours basée à la Jonelière depuis 1978. Les matchs de Ligue 1 et la coupe de France à domicile se joue au stade de La Beaujoire depuis 1984. Et les supporters ultras sont toujours à couteaux tirés avec le dirigeant de leur club.

Instabilité au poste d’entraîneur

De sa naissance à l’été 2007, le Football Club de Nantes a vu passer 16 entraîneurs différents. José Arribas a fait partie de ceux qui ont gagné des titres et trophées avec Nantes. Entraîneur du FCN entre 1960-1976, il avait été champion de France 3 fois avec le club de Nantes (1965, 1966, 1973). Cependant, il était passé deux fois tout près du doublé championnat-coupe de France en 1966 et 1973 à Nantes. Le club de Nantes garde en mémoire Arribas, mort le 28 septembre 1989, car le centre sportif de la Jonelière, siège social, centre d'entraînement et de formation du FCN porte son nom. Avec Jean Vincent (1976-1982), l’équipe des Nantais a gagné 2 fois le titre de champion de France (1977 et 1980) et a été vainqueur de la Coupe de France en 1979, grâce à un triplé d’Éric Pécout en finale contre l'AJ Auxerre. Successeur de Vincent au club de Nantes, Jean-Claude Suaudeau (1982-1988) a été champion de France en 1983 et en 1995, vainqueur de la Coupe des Alpes en 1982, finaliste de la Coupe de France en 1983 et en 1993 et demi-finaliste de la Ligue des Champions en 1996. Quant à Raynald Denoueix (1997-2001), il avait été sacré champion de France en 2001 et avait remporté la Coupe de France en 1999 et 2000. Ancien joueur du FC Nantes, Denoueix avait été champion de France en 1973 et 1977 et vainqueur de la coupe de France en 1979 en tant que footballeur.

L’instabilité sur le banc de touche des Canaris s’est accentuée sous la présidence de Waldemar Kita. Ce dernier compte son 16e entraîneur en 15 ans. De Michel Der Zakarian (février 2007-août 2008) à Antoine Kombouaré (depuis février 2021) en passant par Élie Baup (septembre 2008-juin 2009), Baptiste Gentili (février 2010-mars 2011), Landry Chauvin (juin 2011-mai 2012), Claudio Ranieri (juin 2017-juin 2018), Vahid Halilhodzic (octobre 2018-juillet 2019) ou encore Christian Gourcuff (aout 2019-décembre 2020). Certains entraîneurs ont même passé seulement quelques mois en poste à Nantes. C'est le cas de Gernot Rohr (juillet 2009-décembre 2009), Jean-Marc Furlan (décembre 2009-février 2010), Philippe Anziani (mars 2011-mai 2011), René Girard (juin 2016-novembre 2016), Sergio Conceição (décembre 2016-mai 2017), Miguel Cardoso (juin 2018-septembre 2018) et Raymond Domenech (décembre 2020-février 2021). Notons que Michel Der Zakarian était revenu au FC Nantes et y avait passé 4 saisons (de juin 2012 à juin 2016).

De grands noms chez les Canaris

Ils sont quatre Nantais à avoir disputé la Coupe du Monde 1966 en Angleterre (Robert Budzynski, Jacky Simon, Philippe Gondet et Gaby de Michèle). Ils auraient même pu être six, si le gardien Daniel Eon ne s’était pas gravement blessé lors de la journée de championnat de France, et si Bernard Blanchet n’avait pas été désigné comme le 23e homme lors du dernier stage avant la compétition. Autre symbole de la domination nantaise à l’époque, José Arribas occupera un temps le poste de sélectionneur de l’Équipe de France aux côtés du Stéphanois Jean Snella. Des joueurs comme Claude Robin, Gilbert Le Chenadec et, plus tard, Gilles Rampillon, auraient sans doute mérité plus de sélections. Autre période faste pour les Canaris en sélection, la fin des années 70 voit à plusieurs reprises la présence de cinq ou six joueurs de Nantes sous le maillot bleu. À l’époque, Henri Michel, Patrice Rio, Jean-Paul Bertrand-Demanes et Maxime Bossis sont sélectionnés pour le Mondial 1978 en Argentine, mais Loïc Amisse, Omar Sahnoun et Bruno Baronchelli ont aussi les faveurs de Michel Hidalgo. William Ayache et José Touré prendront leur relais dans les années 80, puis le trio Patrice Loko, Reynald Pedros, Nicolas Ouédec, dans les années 90. Figures de la formation à la nantaise qu’ils prennent soin de défendre à la moindre occasion, Didier Deschamps, Marcel Desailly et Christian Karembeu resteront pour l’éternité les trois joueurs de Nantes, champions du monde 1998. Ancien Nantais lui aussi, Claude Makélélé prendra la suite chez les Bleus, dans le cœur des supporters nantais.

En 2006, lors de la Coupe du Monde en Allemagne, Mickaël Landreau, gardien emblématique des Jaune et Vert depuis ses débuts fracassants à 17 ans, puis Jérémy Toulalan, à l’occasion de l’Euro 2008, perpétuent la longue tradition des joueurs formés au FC Nantes et passés en Équipe de France. Un gros plan sur les grands joueurs étrangers qui ont porté le maillot Jaune et Vert du club français. On pense au duo argentin champion du monde Jorge Burruchaga, Julio Olarticoechea, à leurs compatriotes Angel Marcos ou Nestor Fabbri, ou encore au premier buteur venu des pays de l’Est, Vahid Halilhodzic, avant un certain Viorel Moldovan. Les grands noms Burruchaga, Halilhodzic ou encore Robert Gadocha avaient été attirés au FC Nantes par Robert Budzynski, promu premier directeur sportif de l’Hexagone en 1969 (le poste n’existait pas encore dans les clubs du championnat français). Il avait aussi recruté de jeunes joueurs pour le centre de formation du club nantais, notamment Maxime Bossis, Marcel Desailly, Loïc Amisse, Didier Deschamps. Un centre de formation qui fut une référence dans les années 70.

Les Canaris sauvés par les barrages

Après 7 saisons de rang en Ligue 1, le club de Nante est passé près d’une descente en Ligue 2 lors de la saison (2020-2021). Bien avant cette saison, Vahid Halilhodzic avait annoncé son départ du club de Nante à une semaine de la reprise de la Ligue 1 Uber Eats. Le président du club de Ligue 1 avait choisi Christian Gourcuff pour remplacer l’ancien joueur emblématique et ex-coach du FCN pour la nouvelle saison 2019-2020. Une saison arrêtée en mars 2020 à cause de la pandémie de Covid-19. Le technicien français natif du Finistère avait fait un bon début de saison. Grâce à lui, le club de Nante avait gagné enfin le derby breton à la Beaujoire contre le Stade Rennais, le 25 septembre 2019, lors du match de la 7e journée de Ligue 1 Uber Eats. L’unique but du match avait été inscrit par Abdoulaye Touré à la 77e minute de jeu sur penalty. Grâce à cette victoire, le club de Nante s’était retrouvé à la 3e place du podium. Mieux, le FCN s’était hissé provisoirement à la 1re place de la Ligue 1 Uber Eats, grâce à son match gagné contre l’Olympique Lyonnais (1-0), lors 8e journée du championnat de France, sur le stade de Lyon, trois jours plus tard. L’équipe de Christian Gourcuff avait chuté ensuite au fil des matchs de la saison 2019-2020 pour se retrouver à la 6e place du classement général à la mi-saison. Après 28 matchs de championnat disputés en France, la saison avait été interrompue définitivement, en raison du coronavirus et le FCN avait fini à la 13e place de Ligue 1, à10 matchs de la fin du championnat de France. La saison suivante a été pire pour le club de Nante en Ligue 1 Uber Eats.

Le club de Nante avait démarré la saison 2020-2021 de Ligue 1 Uber Eats, le 21 aout 2020, par un match nul (0-0) contre les Girondins de Bordeaux au stade Matmut Atlantique. L’équipe de Christian Gourcuff a ensuite gagné son deuxième match face au Nîmes Olympique (club désormais en L2) au stade de la Beaujoire, avant des résultats négatifs, soit une série de 3 défaites et un match nul. Au terme de la 13e journée de Ligue 1 Uber Eats et une défaite face au Racing Club de Strasbourg (0-4) à Nante, le coach français avait été viré par le Waldemar Kita, le 8 décembre 2020, pour mauvais résultats. Nommé pour redresser la situation du FCN, Raymond Domenech a fait pire que son prédécesseur. En 8 matchs consécutifs sur le banc de touche de club de Nante, il n’a pas gagné un seul. Son bilan a été de 4 matchs nuls et 4 défaites. Au moment du licenciement de l’ancien sélectionneur de l’Équipe de France, le club de Nante était 18e et barragiste avec seulement 19 points en 24 matchs joués. Nommé entraineur du FC Nante, club où il a été joueur (entre 1983 et 1990), en remplacement de Domenech, Antoine Kombouré (4e entraineur de la saison du FCN y compris l’intérimaire Patrick Collot) avait tenté de sortir les Jaune et Vert de la zone rouge de relégation en Ligue 2, mais en vain. Le club de Nante avait terminé la saison à la même 18e place, malgré 4 victoires lors de ses 5 derniers matchs. Le club de Kita avait finalement assuré son maintien en Ligue 1, en passant par deux matchs de barrage décisifs contre Toulouse FC, qui avait fini à la 3e place de la Ligue 2. Résultats : les joueurs de l’équipe du club de Nante avaient infligé une défaite (2-1) à l’équipe toulousaine sur le stade de cette dernière, lors du match aller face au TFC. Les Jaune et Vert s’étaient inclinés ensuite sur leur stade à Nante (1-0, 62e minute de jeu) au retour. Il avait ainsi bénéficié de l’avantage du but inscrit lors du match à l’extérieur pour rester en Ligue 1 Uber Eats.

Les joueurs formés à Nantes

D’anciens jeunes joueurs issus du centre de formation de Nante ces dix dernières années sont encore dans l’équipe professionnelle du club jaune et Vert. Il s’agit de Randal Kolo Muani (fin de contrat en juin 2022), Wesley Moustache, Abdoulaye Sylla et le jeune Quentin Merlin (19 ans) qui défendent encore le maillot jaune. Certains évoluent dans des clubs de Ligue 1 ou à l’étranger. Cependant, ils connaissent des fortunes diverses. Le jeune Abdoulaye Dabo (21 ans), lui, a été transféré à l’Olympiakos en janvier 2022. Valentin Rongier évolue à l’OM depuis son transfert en septembre 2019. Parti du FCN à Schalke 04 en juillet 2017, Amine Harit aussi joue à l’Olympique de Marseille, mais depuis aout 2021. Batista Mendy (Angers SCO), Enock Kwateng (Bordeaux), Léo Dubois (OL) et Maxime Dupé (Toulouse FC) ont aussi été formés à Nantes quand ils étaient plus jeunes. Quant à Abdoulaye Touré (Genoa, ITA), Jordan Veretout (AS Rome, ITA), Koffi Djidji (Torino, ITA) et Imran Louza (Watford, ANG), ils sont évidemment en Italie en Angleterre, dans deux grands championnats. Ex-jeunes formés à la Jonelière, Thomas Basila (KV Ostende, club belge), Josué Homawoo (Red Star FC), Erwin Zelazny (Beauvais), Adrien Trebel (Anderlecht), Georges-Kévin Nkoudou (Besiktas) ou encore à Élie Youan (Saint-Gall en Suisse) sont aussi à l’étranger.

Quel entraîneur au FC Nantes la saison prochaine ?

Le club de Nantes a assuré son maintien en Ligue 1 Uber Eats cette saison avant même la fin du championnat de France. Mieux, il a atteint la finale de la Coupe de France, une première depuis le dernier trophée gagné en coupe en 2000. Après le maintien difficile en Ligue 1 la saison dernière, en passant par les barrages, Antoine Kombouaré a réussi à assurer le maintien de son équipe en Ligue 1, avant la fin du championnat, grâce à 14 victoires en 35 journées. Nommé en pleine saison dernière, le technicien kanak a encore une année de contrat avec le club de Nantes, soit jusqu’en juin 2023. Sera-t-il encore à son poste à Nantes la saison prochaine ou va-t-il aller voir ailleurs, vers un autre projet sportif ? Vu l’instabilité au poste d’entraîneur à Nantes, toutes les éventualités ne sont pas à écarter. 

Il faut rappeler par ailleurs que Nantes a affronté l’ESTAC en Ligue 1 Uber Eats deux fois cette saison. Le premier s’est disputé le 3 octobre 2021, lors de la 9e journée. Le joueur brésilien Andrei Girotto (58e) et le Français Ludovic Blas avaient été les buteurs de Nantes. Le club aux couleurs Jaune et Vert avait infligé une défaite (2-0) à l’ESTAC à Nantes. Lors de la rencontre retour (28e journée de Ligue 1 Uber Eats) disputée dans l’Aube, l’ESTAC s’était imposé grâce au but d’Iké Ugbo. L’attaquant nigérian est prêté à l’ESTAC par le KRC Genk (Belgique) depuis janvier 2022 jusqu’à la fin de la saison, mais son contrat est assorti d’une option d'achat. Notons à toutes fins utiles que deux joueurs de l’équipe actuelle du club de Nantes ont porté le maillot de l’ESTAC. Il s'agit du joueur malien Charles Traoré et du joueur slovène, Denis Petric. Le premier a joué dans l’équipe de l’ESTAC entre 2015 et 2018 avant de rejoindre les Jaune et Vert, alors que le deuxième est passé à Troyes entre 2013 et 2016 avant son arrivée à Nantes 3 années plus tard.