Euro 2024 : Infos essentielles sur les quarts de finale

Avec les qualifications des Pays-Bas et de la Turquie hier, le tableau complet des quarts de finale de l’Euro 2024 est désormais connu. De 24 équipes au départ à seulement huit, voici le profil des équipes encore en lice pour soulever la Coupe Henri Delaunay à Berlin le 14 juillet.

Le parcours compliqué de l’Angleterre

Comme en 2016 et en 2021, l’équipe de France va retrouver le Portugal de Cristiano Ronaldo. Outre le grand choc entre l’Allemagne et l’Espagne, l’Angleterre devra se méfier de l’une des bonnes surprises de ce championnat d’Europe, la Suisse. Et les hommes de Gareth Southgate n’ont pas été au mieux de leur forme dans le Groupe C. Ils ont tout de même terminé en tête de leur groupe et reste invaincus. Les trois matches ont donné un aperçu du génie que peuvent produire des attaquants tels que Jude Bellingham, Harry Kane et Phil Foden. Le coup de tête de Bellingham a forcé la prolongation lors de la victoire en huitième de finale contre la Slovaquie, avant que Kane n’inscrive le but de la victoire de la tête, mais le sélectionneur sait que ses meilleurs joueurs doivent faire preuve d’une plus grande régularité s’ils veulent être à la hauteur de leurs ambitions.

Après avoir atteint une finale de l’EURO, un quart de finale et une demi-finale de la Coupe du monde lors de ses trois tournois majeurs, l’ancien défenseur central des Trois Lions cherchera à tirer le meilleur parti des nombreux talents à sa disposition en huitième de finale et l’Angleterre a beau disposer d’une pléthore d’options offensives, c’est son capitaine et talisman qui la fait vibrer. Meilleur buteur de l’histoire de son pays, Kane a déjà inscrit deux buts lors de cet Euro et se montre de plus en plus affûté à mesure qu’il avance dans le tournoi. Avec une finition mortelle, une vision du jeu incroyable et un jeu de liaison solide, l’attaquant du Bayern Munich peut donner du fil à retordre à n’importe quelle défense.

Une belle équipe Suisse

...

De son côté, la Suisse est restée invaincue lors de ses trois matches de groupe et a ajouté de l’éclat à son tournoi en remportant une victoire impressionnante sur l’Italie, tenante du titre, en huitième de finale. Après avoir battu les Azzurri, qui étaient à deux doigts de battre l’Allemagne dans le Groupe A avant l’égalisation in extremis de Niclas Füllkrug, la Nati ne craint plus personne et peut commencer à rêver d’un premier titre international majeur avec Yakin à sa tête. L’homme de 49 ans est à la tête de la « Nati » depuis l’été 2021 et a conduit la Suisse à un deuxième quart de finale d’affilée à l’Euro. Le pays a atteint la phase à élimination directe pour la sixième fois d’affilée.

Après avoir impressionné par une série de décisions tactiques intelligentes, les hommes de Yakin semblent confiants, en phase avec le jeu et sur le point d’entrer à nouveau dans l’histoire. Le joueur le plus capé de Suisse, Granit Xhaka, a abordé ce tournoi avec une confiance inébranlable, après avoir été l’un des principaux artisans de l’étonnante saison de Leverkusen. Le capitaine et pilier de l’entrejeu n’a cessé de démontrer ses qualités de leader et son mental d’acier, remportant à deux reprises le titre d’homme du match lors de la phase de groupes. Sa position au cœur de l’entrejeu permet à ses coéquipiers d’évoluer dans un rythme parfait.

La France décevante

Elle est surement l’une des nations les plus décevante de cet Euro. La France n’a pas réussi à terminer première de son groupe pour la première fois depuis l’EURO 2012, après une victoire courageuse contre l’Autriche et des nuls contre les Pays-Bas et la Pologne. Elle reste toutefois invaincue et Kylian Mbappé a marqué un penalty lors du dernier match du groupe D avant de battre la Belgique en 16e de finale. Didier Deschamps aura comme objectif d’atteindre une sixième grande finale avec son pays. Il a participé à une Coupe du monde et à un Euro en tant que joueur et a disputé deux finales de Coupe du monde et une finale d’Euro en tant qu’entraîneur. L’une des figures les plus décorées du football mondial, sera donc déterminé à mettre la main sur le seul trophée qui lui a échappé en tant que coach.

Il en est passé tout près en 2016, et cette déception devrait attiser la flamme de ce compétiteur acharné. Doté d’un caractère froid et d’une communication mesurée, le vainqueur de la Coupe du monde semble bien placé pour mener son équipe à la gloire. Et pour ce faire, il dispose d’une multitude de ressources en attaque et Kylian Mbappé est un joueur d’exception. À 25 ans, il ne lui reste plus grand-chose à accomplir, mais un trophée à l’Euro est certainement l’un de ses rêves. Destructeur, puissant, omnipotent… la seule évocation du nom de Mbappé fait peur à ses adversaires. Depuis qu’il a pris le brassard suite au départ à la retraite d’Hugo Lloris, l’ancien Monégasque a pris du galon et a assumé ses responsabilités avec aplomb.

Le Portugal de Cristiano Ronaldo

En huitième de finale, la Seleção s’est fait peur, la Slovénie l’emmenant aux tirs au but. Le gardien Diogo Costa a réalisé un exploit en arrêtant les trois tirs au but lors de la séance de tirs au but pour s’assurer une victoire 3-0. Cristiano Ronaldo n’a pas encore ouvert son compteur dans le tournoi, alors qu’il tente de marquer dans six éditions consécutives. Roberto Martinez, le remplaçant de Fernando Santos a fait des débuts impressionnants en tant que sélectionneur du Portugal, supervisant une campagne de qualification parfaite pour les vainqueurs de l’Euro 2016. L’Espagnol a également conquis les supporters et les joueurs en apprenant à communiquer dans un excellent portugais.

Il a construit le groupe qui forme le noyau de son équipe en Allemagne, tout en introduisant de nouvelles idées tactiques dans l’espoir d’extraire le maximum des joueurs préternaturellement talentueux à sa disposition. Le Portugal compte en réalité deux joueurs clés : Bruno Fernandes et Bernardo Silva. Le joueur de Manchester United a inscrit six buts et délivré huit passes décisives lors des éliminatoires, et Martínez semble savoir comment le faire fonctionner, principalement grâce à son partenariat avec Silva. Ils sont les maestros de l’équipe, combinant intelligemment, donnant le tempo et tirant le meilleur des joueurs qui les entourent.

L’Allemagne en quarts sans trembler

Le pays hôte a démarré le tournoi en fanfare, faisant vibrer le public munichois avec une superbe victoire 5-1 sur l’Écosse pour lancer le tournoi. Ils ont ensuite remporté une victoire difficile contre la Hongrie à Stuttgart et, bien qu’ils aient été menés au score par la Suisse lors de leur dernier match du groupe A à Francfort, l’égalisation de Niclas Füllkrug dans les arrêts de jeu a permis aux hommes de Julian Nagelsmann de terminer en tête de leur groupe et de rester invaincus jusqu’aux matches à élimination directe, où ils ont éliminé le Danemark avec une relative aisance. L’attaquant Jamal Musiala a particulièrement impressionné, marquant trois fois en quatre apparitions.

Avec Leroy Sané et Florian Wirtz, il a été chargé d’apporter l’étincelle offensive, mais Gündoğan insuffle l’équilibre. Nagelsmann voit en lui, un numéro 10 capable de faire briller les joueurs qui l’entourent. Même si l’expérimenté capitaine se fait parfois discret sur le terrain, ses coéquipiers bénéficient grandement de son intelligence et de sa vision du jeu. L’Allemagne participe à son 14e Euro, un record. Elle ne s’est pas qualifiée pour les trois premières éditions (1960, 1964 et 1968), mais n’a manqué aucune phase finale depuis.

Le réveil des Pays-Bas

Les Pays-Bas ont connu des débuts en demi-teinte, avec une belle victoire contre la Pologne suivie d’un match nul et vierge contre la France, avant de s’incliner 3-2 contre l’Autriche, ce qui les place parmi les meilleurs troisièmes. Ils n’ont cependant pas eu de mal à se qualifier pour les huitièmes de finale, battant confortablement la Roumanie 3-0 dans un match où ils ont montré à quel point ils peuvent être dangereux. Cody Gakpo s’est particulièrement distingué en inscrivant trois buts en quatre apparitions. Leur sélectionneur Ronald Koeman a connu des débuts difficiles pour son deuxième mandat à la tête des Oranje, perdant trois de ses quatre premiers matches – contre la France, la Croatie et l’Italie. Cependant, il a su redresser la barre et les Néerlandais ont remporté tous leurs matches de qualification, à l’exception de celui contre la France.

Vainqueur de l’Euro 1988 en tant que joueur, l’homme de 61 ans deviendrait immortel aux Pays-Bas s’il répétait l’exploit en tant qu’entraîneur. Et pour cela, il pourra compter sur Memphis Depay. L’attaquant de l’Atlético de Madrid a connu une série de blessures frustrantes ces dernières saisons, mais lorsqu’il est en forme, il est le fer de lance incontesté de l’attaque néerlandaise. À seulement quatre buts du record de Robin van Persie (50 buts), Depay marque en moyenne un but tous les deux matches en équipe nationale et délivre de nombreuses passes décisives.

L’Espagne et le beau jeu

C’est l’une des plus belles équipes de ce tournoi. La Roja a entamé cet Euro en pleine forme, en remportant ses quatre matches et en marquant neuf buts. Elle n’a encaissé son premier but de la phase finale que lors du succès 4-1 contre la Géorgie. L’ailier Lamine Yamal est entré dans l’histoire en devenant le plus jeune joueur de l’Euro contre la Croatie. Talent magique et mercantile, le joueur du Barça est spectaculaire, que l’on soit supporter de la Roja ou non. Habituellement utilisé comme ailier inversé, le gaucher a battu le record du plus jeune joueur à avoir participé à une phase finale de l’Euro en entrant sur le terrain à l’âge de 16 ans et 338 jours lors de la première journée.

Si elle triomphe en Allemagne, l’Espagne deviendra la première équipe à remporter quatre titres européens. Le sélectionneur Luis De la Fuente a créé une atmosphère, une mentalité et un style de jeu exceptionnels depuis son arrivée en Allemagne, et ses joueurs adorent jouer pour lui. Parmi eux Rodri. Les milieux de terrain n’ont généralement pas les honneurs qu’ils méritent, mais il est peut-être le meilleur joueur du monde à l’heure actuelle. Naturellement doué, athlétique et compétitif, il est au sommet de sa forme et possède les connaissances nécessaires. Habitué à gagner des trophées à Manchester City, il est une source d’inspiration en paroles et en actes.

Turquie, la surprise

La Turquie a commencé par remporter l’un des matches les plus divertissants du tournoi en battant la Géorgie à Dortmund dans un match qui avait tout pour plaire. La défaite contre le Portugal dans le même stade a suivi, mais l’équipe de Vincenzo Montella a ensuite réussi à sortir indemne de son troisième match contre la Tchécoslovaquie, réduite à dix, en s’imposant en fin de match par l’intermédiaire de Cenk Tosun. En huitième de finale à Leipzig, deux buts de Merih Demiral et un arrêt in extremis de Mert Günok ont permis à la Turquie de se qualifier pour son troisième quart de finale de l’EURO, aux dépens de l’Autriche. Désormais, ils sont prêts à aller jusqu’au bout avec des joueurs comme Hakan Çalhanoğlu et la pépite Arda Guler.

Diplômé du centre de formation de Fenerbahçe, Arda Güler a rejoint le Real Madrid au début de la saison 2023/24. Né en 2005, ce débutant est en train de devenir l’un des joueurs les plus excitants de l’EURO 2024 grâce à sa créativité, ses dribbles exquis, sa vision du jeu et son sens du but. Il est également devenu le cinquième plus jeune buteur de l’histoire de l’EURO et le seul adolescent autre que Cristiano Ronaldo à marquer pour ses débuts à l’EURO.